Vous êtes dans : Accueil > ACTUALITES > Grippe aviaire : vigilance accrue

Grippe aviaire : vigilance accrue

  Le niveau de vigilance s'est accru entraînant des mesures, notamment pour les particuliers possédant une basse-cour : Les basses cours des particuliers et les élevages amateurs, qui doivent être déclarés en mairie, doivent également être surveillés quotidiennement. Les propriétaires doivent mettre en place les mesures suivantes :
- aucune volaille ou oiseau captif ne doit rentrer en contact avec des volailles d'élevage ;
- toutes les mesures doivent être prises pour limiter l'accès aux rongeurs, éviter les contaminations associées aux véhicules, autres animaux et personnes extérieures ;
- les mangeoires et abreuvoirs ne doivent pas être accessibles aux oiseaux sauvages ;
- les stocks des aliments doivent être protégés et à l'abri des intempéries et de toute contamination.

Que faire en cas de découverte d’un oiseau mort ?

La surveillance de la mortalité d'oiseaux sauvages est un outil majeur du suivi de la maladie. Aussi, il est essentiel que chacun signale la découverte de cadavres d'oiseaux sauvages dont l'origine de la mortalité est inconnue ou suspecte. Elle peut être le signe révélateur d'un cas d'influenza aviaire.
Lorsqu'une personne est en présence d'un cadavre de cygne, oie, canard, laridé (mouette, goéland,...), rallidé (foulque,râle,...), échassier, rapace ou de plusieurs cadavres (pour les autres espèces), elle doit contacter rapidement l'OFB (Office Français de la biodiversité/sd44@ofb.gouv.fr) et signaler précisément la localisation.

Plus d'infos : communiqué de presse du Préfet du 10 novembre 2020.

CP - Influenza aviaire rappel (pdf - 166,09 ko)

 

Partager sur :

  • facebook
  • twitter
  • viadeo